Association Nationale
des Chasseurs de Gibiers d'Eau

Communiqué

 

Pas d’eau ? Pas de gibier d’eau ! Le constat peut paraitre évident et pourtant nous avons parfois tendance à l’oublier. Plus généralement, sans eau, ce sont nos zones humides qui se dégradent et leur attractivité qui s’en trouve altérée.

Depuis plusieurs années, le territoire métropolitain subit une succession d’épisodes de sécheresse sans précédent, de gravité différente suivant les régions et les bassins versants. Depuis deux ans, le nombre de sollicitations reçues par l’ANCGE est en constante progression. Sans que la liste soit exhaustive, plusieurs départements doivent composer avec les problématiques liées au remplissage des mares de huttes, tonnes et gabions : la Charente-Maritime, la Gironde, la Vendée, la Loire-Atlantique, l’Aisne… Pour ne citer que la saison 2018/2019, certains chasseurs n’ont pu remplir leur plan d’eau qu’au 1er décembre, ce que nous considérons comme parfaitement inacceptable.

Communiqué de presse


C’est avec dépit que nous avons pris connaissance de la décision du Conseil d’Etat d’invalider l’arrêté du 30 janvier 2019 relatif au prélèvement autorisé de l'oie cendrée, de l'oie rieuse et de l'oie des moissons au cours du mois de février 2019.

Communiqué de presse

 

Les nouvelles restrictions qui touchent l’utilisation des appelants continuent d’inquiéter l’ANCGE et l’ensemble des usagers.

L’ANCGE a répondu favorablement à l’invitation du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire du 28 novembre 2018, à La Défense, afin d’aborder les nouvelles contraintes liées au fichier national d’identification des animaux d'espèces non domestiques détenus en captivité.

Communiqué de presse

 

Depuis sa création, l’ANCGE a construit sa politique sur la défense des chasseurs de gibier d’eau, en veillant au maintien des espèces chassables, des dates et des territoires.

Parmi les territoires privilégiés de la chasse au gibier d’eau figure le Domaine Public Fluvial (DPF). Historiquement l’ANCGE a grandement participé à la création et à la structuration de la chasse sur le DPF.

C’est l’ANCGE qui avait déjà élaboré le cahier des charges des premières adjudications de chasse sur le DPF.

Fuligule milouin mâle

 

Communiqué de presse

 

Lors de sa 6ème Réunion des parties, l’AEWA a entériné le classement du fuligule milouin dans la catégorie « vulnérable » de la Liste rouge mondiale des oiseaux menacés de l’UICN par la Résolution 6.1, adoptée à Bonn, en novembre 2015.

Ce classement menace directement le maintien de la chasse de cette espèce, dont la démographie baisse nettement depuis plusieurs années, notamment sur ses principaux sites de nidifications en Europe Centrale.

Communiqué de presse

 

En novembre 2015, s'est tenue la 6ème réunion des parties de l'AEWA (African-European Waterbirds Agreements) en Allemagne. Lors de cette réunion, plusieurs éléments avaient alors attiré notre attention.

Tout d'abord, le changement de statut de protection de deux espèces chassables : la macreuse Brune et le Chevalier Gambette. Pour le chevalier gambette classé en déclin à long terme, il avait été évoqué à l'époque que la mise en place d'un plan d'action était un préalable obligatoire au maintien de sa chasse.

Communiqué de presse

 

Le parc éolien prévu le long de l’estuaire de la Gironde provoque la fronde des élus et des acteurs locaux. Le Président de la Charente-Maritime, Dominique Bussereau, a appelé les élus à se mobiliser. Pour rappel, le projet vise à installer une trentaine d’éoliennes de 150 mètres de haut le long de la rive Nord de l’estuaire de la Gironde. La zone touchée mesure près de 170 km² et s’étend de Mortagne-sur-Gironde à la centrale nucléaire de Blaye.

Fuligule milouin mâle

 

Communiqué de presse

 

La sixième réunion des parties de l’AEWA s’est déroulée en novembre 2015. Lors de cette rencontre inter-gouvernementale, le classement du fuligule milouin dans la catégorie «vulnérable» de la Liste rouge mondiale des oiseaux menacés de l’UICN à été entériné par les parties présentes.


Depuis les années 1990, puis au début des années 2000, le fuligule milouin a soulevé de réelles inquiétudes quant à son évolution démographique notamment en Europe Centrale et en Russie, secteur géographique où se trouve la plus grande part des effectifs nicheurs. L’ensemble de la Communauté scientifique spécialisée s’accorde sur une diminution nette de son aire de reproduction corrélée à une baisse des effectifs nicheurs.